Ginseng, la racine aux milles vertus

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Une racine appréciée depuis des siècles, de la Chine antique à nos jours.

Les vertus de ginseng (Panax ginseng) sont reconnues et appréciées depuis des millénaires. L’usage à des fins thérapeutiques de cette racine a, en effet, des origines dans la Chine antique.

Aujourd’hui, il est largement utilisé en phytothérapie comme:

· Tonique-adaptogène utile contre la fatigue physique et mentale.

· antioxydant;

· soutien au métabolisme des glucides;

Il contient en effet jusqu’à 12 principes actifs différents, appelés ginsenoïdes, qui agissent en synergie et auxquels on a attribué ces propriétés bénéfiques.

Le ginseng peut être pris en pastilles, tisanes, ou sous forme de poudre, seul ou dans les compléments alimentaires spécifiques, qui l’utilisent souvent en synergie avec d’autres nutriments et vitamines, pour renforcer sa capacité “énergisante”.

Le nom de cette plante, obtenu par translittération est rénshēn o jen-shen, qui signifie “plante de l’homme” “racine homme” et se réfère probablement à la forme anthropomorphe de la racine.

Le nom scientifique de la plante, Panax, est plutôt caractérisé par la même racine du mot italien et latin panacea, c’est-à-dire “cure” ou “remède universel”.

La racine de ginseng, qui pousse dans la pénombre des forêts de la Chine et de la Mandchourie, il y a bien des siècles, à cause de la difficulté pour la trouver, elle était vendue à des prix très élevés dans la médecine traditionnelle chinoise.

Les premiers qui ont introduit ses racines en Occident furent les marchands hollandais dans la période à cheval entre le XVIe et le XVIIè siècle, tandis que les premières analyses cliniques de ses effets ont commencé seulement au cours du XIXe siècle.

Ne soyons pas surpris par l’existence d’un grand nombre de légendes autour de cette racine, même dans les descriptions et dans les histoires des pères jésuites en Chine et dans le Sud-Est Asiatique.
http://www.drgiorgini.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »